Connect2Canada Logo

Déclaration de l’ambassadeur David MacNaughton

août 8, 2019

Aujourd’hui, j’annonce que je terminerai mon mandat d’ambassadeur du Canada aux États-Unis à la fin du mois d’août.

À la fin du mois, je retournerai chez moi à Toronto pour relever de nouveaux défis dans le secteur privé.

Ce n’est pas une décision que j’ai prise rapidement ou à la légère.

J’avais prévu depuis longtemps terminer mon travail avant les élections de l’automne, en particulier après le congé d’été du Congrès et l’élimination des droits de douane sur l’acier et l’aluminium – ce que j’étais absolument déterminé à accomplir avant de quitter ce poste.

Mais je dois dire que le moment est doux-amer.

Être ambassadeur du Canada à Washington, pendant cette période importante de notre histoire, a été le plus grand honneur de ma vie.

C’était pour moi un privilège d’assumer ce rôle sous la direction du premier ministre Trudeau, qui dirige notre pays avec force, sagesse et calme, notamment dans le cadre des négociations commerciales les plus difficiles et les plus incertaines de notre histoire. Un privilège que je n’oublierai jamais.

Mais le moment est venu de rentrer chez moi.

En disant cela, je ne peux m’empêcher de me rappeler la situation désastreuse à laquelle nous avons été confrontés au début de 2017. La relation commerciale la plus importante du Canada était en grand péril. Le gagne-pain de centaines de milliers de Canadiens était en jeu.

Il nous reste bien sûr des défis à relever. Mais le sentiment d’incertitude qui planait sur l’ALÉNA – sur nos exportations agricoles, nos industries de ressources, notre secteur manufacturier, notre secteur de l’automobile et tant d’autres – a disparu. C’est pour moi une grande satisfaction personnelle.

Je suis très fier de l’accord que nous avons conclu. Dans le cadre du nouvel ALÉNA, nous avons atteint notre premier objectif – le maintien de milliers d’emplois canadiens, l’accès libre de droits à nos marchés les plus importants et la sécurité économique du Canada.

Mais nous avons aussi établi une nouvelle norme en matière d’échanges libres et équitables. Il s’agit d’un accord commercial plus progressiste que l’accord original. Cet accord peut servir de modèle pour les accords à venir – tout comme l’ALÉNA original a servi de modèle en son temps.

Les droits de douane américains sur l’acier et l’aluminium, inacceptables depuis le premier jour où ils ont été imposés, ont été éliminés en mai dernier.

Cette réalisation est également attribuable aux efforts déployés par les représentants de notre pays, surtout le premier ministre.

Comme le premier ministre et la ministre Freeland, j’ai toujours cru que le Canada réussirait à faire éliminer ces droits de douane. Il fallait seulement rester forts, et c’est exactement ce que nous avons fait.

 

Depuis la signature du nouvel ALÉNA en novembre dernier et le début du processus législatif, j’ai entendu certains dire qu’un accord était inévitable. Eh bien, ce n’était pas ce que je pensais.

Ou peut-être qu’après coup, la victoire semble toujours inévitable aux yeux de certains.

La réalité, c’est qu’au début de 2017, notre sécurité économique et notre relation commerciale la plus importante étaient au bord du précipice. Au début de 2018, alors que les négociations étaient dans une impasse, nous nous préparions à toute éventualité. Notre équipe a travaillé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Je ne peux pas compter les nuits blanches. Pas seulement pour moi – mais pour tous ceux qui ont travaillé là-dessus.

Notre équipe a fait preuve d’unité et de détermination – et c’est exactement ce qu’il fallait.

J’ai souvent parlé de la démarche adoptée par notre équipe. Il est important pour moi aujourd’hui de la souligner à nouveau.

Le premier ministre et la ministre Freeland ont joué un rôle central dans l’élaboration de notre stratégie. Je serai toujours reconnaissant pour la confiance qu’ils m’ont accordée, ainsi que pour le bon sens et la détermination dont ils ont fait preuve à la tête de notre équipe, qui comptait les meilleurs négociateurs au monde.

Nous avons réussi à la table des négociations grâce à la diplomatie personnelle, de l’autre côté de la frontière et avec des représentants de tous les horizons politiques, ici et aux États-Unis, et grâce aux efforts inlassables de centaines de fonctionnaires canadiens dévoués, dont mon propre personnel ici, à Washington. Nous sommes restés fermes pour conclure un bon accord et pas n’importe quel accord.

Je tiens à remercier personnellement ma sous-ministre Kirsten Hillman, le négociateur en chef Steve Verheul et le reste de l’équipe fédérale canadienne. Je remercie également les premiers ministres, les nombreux députés de tous les partis, les dirigeants syndicaux et patronaux ainsi que le Conseil consultatif de l’ALÉNA de la ministre Freeland, qui ont tous appuyé nos efforts et sans qui cela n’aurait pas été possible.

Je tiens tout particulièrement à remercier l’équipe de l’ambassade canadienne à Washington D.C. et des bureaux à travers les États-Unis. Je remercie également mon personnel du fond du cœur, en particulier Pam Saunders.

 

De peur que cela ne soit considéré comme un tour de victoire prématuré, permettez-moi d’ajouter ceci.

Comme je l’ai dit, le nouvel ALÉNA fait encore face à des défis considérables. L’accord n’a pas encore reçu l’approbation du Congrès américain.

Je m’attends à ce qu’il soit adopté par le Congrès, en temps voulu. Neuf millions d’emplois aux États‑Unis dépendent des échanges avec le Canada. Nous sommes le plus important marché d’exportation pour les deux tiers des États américains. Je crois que le bon sens est un trait humain, pas seulement canadien.

Tout aussi important, j’espère que nous tirerons de ces deux dernières années les leçons suivantes :

Tout d’abord, nous ne devons jamais nous reposer sur nos lauriers. Nous devons toujours chercher à ouvrir de nouveaux marchés et à saisir de nouvelles opportunités à travers le monde, tout en assurant notre accès à notre plus important marché, les États-Unis.

Ensuite, nos relations les plus importantes, avec notre voisin, ami et allié, les États-Unis, qu’elles soient commerciales, culturelles ou politiques, se fonderont toujours sur nos liens personnels, comme c’était le cas dans le cadre des négociations de l’ALÉNA.

Nous avons démontré, au cours des deux dernières années en particulier, que lorsque nous travaillons ensemble en tant que Canadiens, nous pouvons accomplir des choses que peu de gens croient possibles.